Télétravail : nouveau mode de travail ?

Télétravail : et si on travaillait chez soi pour toujours ?

damien Carrière

Travailler à domicile après le confinement imposé par l’épidémie de COVID-19 ?Certaiens entreprises comme Facebook, Apple, Twitter et Microsoft adoptent durablement le télétravail jusqu’à la fin de l’année 2020, voire même au delà.

En effet quand il s’agit de prédire ce que sera le futur environnement de travail, il suffit de s’intéresser à comment les plus grandes entreprises technologiques se préparent à un monde post-pandémique.

Les géants de la Silicon Valley et de Seattle – Facebook, Microsoft, Apple, Twitter – ont été les premiers à renvoyer leurs employés chez eux lorsque le virus s’est propagé aux États-Unis. Certains de leurs employés pourraient même ne jamais y retourner et travailler à distanceLe télétravail est-il finalement la prochaine façon de travailler en entreprise ? Le télétravail va-t-il s’imposer à tous comme cela semble être le cas pour les GAFA ?

 

Travailler à distance : le nouveau mode de travail de demain ?

Les entreprises s’intéressent toutes à comprendre ce que veulent leurs employés : être très bien payé et appréciés de ses collaborateurs et de sa hiérarchie. Mais aussi désormais utiliser la technologie de l’entreprise pour faciliter le travail à distance et en cherchant à embaucher de nouveaux travailleurs en dehors des grands centres urbains. Il s’agit d’un retournement de situation potentiellement énorme après des années où des entreprises comme Amazon et Google ont chassé les talents technologiques rares en ouvrant ou en agrandissant des bureaux dans des lieux urbains branchés comme San Francisco et New York.

Un tel changement pourrait également revenir à rejeter l’idée que le travail créatif exige des campus d’entreprise rappelant l’université, avec de la nourriture gratuite, des tables de ping-pong et des plans de bureaux ouverts conçus pour encourager les interactions non planifiées.

Avant on pensait que la créativité était favorisé par une mixité au sein d’espace conviviaux, où l’on mélangeait travail et loisirs, et où différents métiers se croisaient dans un bouillonnement voire un brouhaha permanent. Or l’isolement semble avoir changé la donne : le calme et le silence favoriserait la créativité et la productivité.

Le résultat pourrait amener les entreprises à se réinventer complètement. Non seulement celles de la Silicon Valley, mais partout dans le monde. Bien sûr le changement ne sera pas immédiat.

 « Nous voulons nous assurer que nous avançons de manière mesurée », a déclaré Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors d’une réunion d’employés jeudi, diffusée en direct sur sa page Facebook.

 

Travailler à domicile : pour toujours ?

L’inconvénient corollaire du travail à domicile est qu’il risque d’amener des baisses de salaires pour les personnes qui feraient du télétravail. Pour Facebook c’est une possibilité qui est envisagée.

Travailler à la maison « pour toujours » ? Twitter encourage ses employés à le faire

Facebook, qui compte près de 45 000 employés, envisage de travailler à distance dans cinq à dix ans, même si le COVID-19 n’est plus une menace qui oblige la plupart de ses employés à travailler à domicile. Comme le coronavirus a bouleversé le travail et la vie de bureau, même les entreprises disposant de moins de ressources et dont la culture évolue plus lentement sont susceptibles de suivre.

« De nombreuses entreprises apprennent que leurs employés sont tout aussi ou même plus productifs lorsqu’ils travaillent à domicile », a déclaré Andy Challenger, vice-président senior de la société de recrutement Challenger, Gray & Christmas.

M. Zuckerberg a ajouté qu’une enquête menée auprès des employés de Facebook a révélé qu’environ 20 % des travailleurs étaient « extrêmement ou très intéressés » à passer au télétravail à temps plein après la levée des restrictions liées aux virus. Les 20 % restants étaient « plutôt » intéressés et le groupe le plus important souhaitait de la flexibilité, avec un peu de travail à distance et un peu de travail au bureau. Finalement, selon Zuckerberg, près de la moitié des travailleurs de Facebook pourraient travailler à distance. Mais il a averti que cela prendra des années, peut-être même une décennie.

Twitter est allé encore plus loin, en annonçant la semaine dernière qu’il permettra à certains employés de travailler à domicile de façon permanente, un plan que le PDG Jack Dorsey a fait éclore avant le coronavirus. Son autre entreprise, Square, qui, comme Twitter, est basée à San Francisco, fait de même. Certaines nouvelles offres d’emploi basées aux États-Unis pour Twitter donnent la possibilité aux personnes embauchées de travailler dans des villes comme San Francisco, New York et Washington D.C., mais aussi à distance et à plein temps partout dans le pays.

Il est encore trop tôt pour savoir si les possibilités de télétravail entraîneront un exode des travailleurs hautement rémunérés du secteur des technologies de San Francisco et de la Silicon Valley, où ils ont contribué à la flambée des loyers et des prix du logement. Mais l’enquête menée par Facebook auprès de ses employés suggère qu’au moins certains d’entre eux quitteraient la région de la baie de San Francisco si on leur en donnait la possibilité.

Pour les entreprises qui ont construit leur empire en permettant aux gens de communiquer avec des amis et des collègues éloignés, le passage au travail à distance n’est pas trop difficile à vendre. Mais les défis sont nombreux. La collaboration, la spontanéité, les interactions en face à face qui ne sont pas programmées – tout cela semble différent lorsque les gens travaillent seuls depuis leur domicile.

Il y a aussi certains emplois – dans le cas de Facebook, l’examen de contenu le plus difficile qui traite des suicides, des abus d’enfants et d’autres documents traumatisants ; les ventes ; la construction, la mise à niveau et la maintenance des centres de données ; les avocats qui doivent être au tribunal et ainsi de suite – qui ne peuvent pas être faits à distance.

Les nouveaux employés, en particulier ceux qui viennent d’obtenir leur diplôme universitaire ou ceux qui ont peu d’expérience et sont moins performants, peuvent également faire partie de ce groupe, a déclaré M. Zuckerberg. Sur Facebook, le PDG a déclaré que les employés devront répondre à certains critères pour être pris en considération pour un travail à distance permanent. Cela inclut un certain niveau d’ancienneté, de bonnes performances et, naturellement, le fait de faire partie d’une équipe qui soutient le travail à distance.

Pour l’instant, les employés de Facebook, Google, Twitter et d’autres sites peuvent travailler à distance jusqu’en 2020. Chez Microsoft, les employés peuvent travailler à domicile jusqu’en octobre. Mais la flexibilité du travail à domicile de l’entreprise s’inscrit dans l’effort plus large du géant du logiciel pour capitaliser sur ce que le PDG Satya Nadella appelle un changement vers « tout à distance ».

« Chaque organisation aura de plus en plus besoin de pouvoir, en un instant, tout éloigner de la maison.